CRF
Carrefour de la formation
des agents des pouvoirs locaux en Wallonie
Wallonie
07/06/2019  |  Accompagnement
06/06/2019  |  Accompagnement
06/06/2019  |  
04/03/2019  |  Accompagnement

Vidéo : Fausse tombe, faux cimetière: bienvenue à l'examen de fossoyeur

Type document : Vidéos

Thèmes : La gestion des compétences

Fausse tombe, faux cimetière: bienvenue à l'examen de fossoyeur (vidéo rtbf)

Creuser une fosse, poser des blindages et bien connaitre la législation. Voici quelques-unes des épreuves de l'examen de fossoyeur qui vient de voir le jour. Depuis une semaine les fossoyeurs wallons, débutants ou confirmés, ont la possibilité de passer un examen pour faire reconnaitre officiellement leurs compétences. Un faux cimetière a même été recréé dans un centre de compétences de Tinlot, en province de Liège.

Une allée, des tombes, un endroit paisible,... à première vue, cela ressemble à un cimetière. En réalité cet endroit est un centre de compétences. C'est dans ce "faux cimetière" à vocation didactique que Thierry Romain est venu passer son examen de fossoyeur. Le but : déterminer si Thierry a les compétences nécessaires pour assurer la fonction et l'entretien général d'un cimetière en collaboration avec les services administratifs.

Un examen pratique et un examen oral

Paul Dewez est évaluateur. C'est lui qui est chargé de déterminer si Thierry a les compétences requises. "Pour commencer, il faut tracer le périmètre de la fosse : 2,25 m sur 90 cm décrit l'évaluateur. Nous regardons si le terrassement est bien réalisé et si les bords sont bien d’aplomb. Ensuite il faut creuser précisément la fosse et poser correctement les blindages pour des questions de sécurité. Cela empêche les abords de s'affaisser. Enfin, nous évaluons le remblayage et le nettoyage des abords du cimetière".

Mais la fonction ne s'arrête pas là. Le fossoyeur doit aussi bien connaître la législation et savoir communiquer avec les familles des défunts : "Il y a aussi un questionnaire oral où nous testons le candidats sur ses connaissances des procédures en cas d'exhumation ou d’inhumation notamment".

Un évaluateur et un observateur

Pour s'assurer de l'objectivité des cotations, un observateur, lui-même fossoyeur, est au côté de l'évaluateur tout au long du processus pour le conseiller. Raymond Boudlet est fossoyeur depuis 15 ans à Nandrin. C'est lui qui assiste à l'examen de Thierry : "C'est moi qui sais exactement ce qu'il doit faire car je suis du métier, explique-t-il. L'examinateur et moi formons une équipe".

Une demande du secteur et des communes

Cette reconnaissance des compétences des fossoyeurs n'existe que depuis quelques jours. Alors il y a un paradoxe. Thierry Romain, le candidat du jour, exerce déjà fonction de fossoyeur à Gerpinnes depuis près de 30 ans : "C'est clair qu'il aura fallu longtemps s'exclame Thierry. C'est le début. Avant cela n'existait tout simplement pas. Mais comme cela fait des années que je fais ce métier, je tenais à être reconnu. Pour moi, c'est important".

Un point important aussi pour certaines communes qui étaient en demande. "Trop souvent, on rencontrait dans les cimetières des choses qui ne sont pas acceptables, explique Philippe Busine, le bourgmestre de Gerpinnes. Il faut donc absolument que nos fossoyeurs soient au courant de la législation et de tout le processus pour que les choses se passent au mieux.

"Le fossoyeur pourra faire évoluer sa carrière"

"Les fossoyeurs sont des personnes généralement peu qualifiées. Il n'y a pas de diplôme pour devenir fossoyeur. Ce sont des personnes qui apprennent leur métier sur le tas explique Stéphanie Bouveroux, responsable de la valorisation des compétences au Conseil Régional de la Formation (CRF). Avec ce titre de compétence, cela va leur permettre de pouvoir accéder à un grade supérieur. Donc, c'est essentiel pour eux car ils étaient bloqués dans une filière au niveau du certificat d'études de base, le niveau E, et ils vont maintenant pouvoir accéder à la filière supérieure, à savoir le niveau D, par recrutement. Ce qui permet une évolution de carrière. C'est un plus au niveau salarial et au niveau de la valorisation du métier".

Thierry a réussi son examen. Il fait aujourd’hui partie de premiers fossoyeurs à recevoir ce titre de compétence en Wallonie.

Eric Destiné

Source : www.rtbf.be

CRF

1, allée du stade communal - B-5100 Jambes

T +32(0) 81 32 71 06 - F +32 (0) 81 32 71 92

info@crf.wallonie.be

Wallonie
Tous droits réservés. Réalisé par Newcom avec CodeWeb | Design du site créé par stanygraphics © 2019