Compas Information

Savez-vous ce qu’est le neuromanagement ?

 

Définition

Partant du principe que la culture d’entreprise et sa performance sont, entre autres, le reflet de nos processus de décisions internes, et que nos processus cérébraux se reflètent dans une série d’indicateurs : réussites et échecs, rentabilité et pertes, motivation et absentéisme, énergie et burn-out, le concept de neuromanagement fait actuellement son apparition.

En réalité, le neuromanagement est une approche scientifique, issue des neurosciences, et une méthode de gestion à travers laquelle le manager devient capable de comprendre et d’activer ses propres mécanismes neuronaux ainsi que ceux de ses collaborateurs.

Cette approche explore les questions économiques, managériales et comportementales sous l’angle des processus mentaux et de l’activité cérébrale.

Il s’agit d’accepter les émotions comme une réalité utile sur le lieu de travail ; ce qui permet de franchir une première étape dans l’amélioration de la performance organisationnelle.

En amenant les managers à considérer que les membres de leurs équipes sont des individus émotionnels qui pensent, cette discipline enseigne aux dirigeants à se concentrer sur des pratiques authentiques, à reconnaître l’état émotionnel de leurs collaborateurs et à être plus conscients de l’impact de leurs actions sur ceux qui les entourent. En se formant aux fondements scientifiques du comportement humain, les dirigeants, à tous les niveaux, peuvent être mieux outillés pour soutenir leurs équipes et les aligner sur l’orientation stratégique de leurs organisations ou entreprises.

En résumé, le neuromanagement constitue une méthode qui permet de décrypter le fonctionnement du cerveau afin de mieux prédire les comportements des salariés.

Le neuromanagement : un outil pour appréhender le côté irrationnel des individus

Les hommes se considèrent comme logiques et rationnels. Or, ce n’est pas toujours le cas. La réalité est que les émotions sont présentes chez les hommes et les femmes qui travaillent pour une entreprise donnée, et ces émotions peuvent impacter les résultats de cette organisation.

Par ailleurs, il existe de nombreux biais cognitifs qui font croire aux individus qu’ils prennent des décisions rationnelles alors que ce n’est pas toujours compris comme tel.

Ces distorsions, dissonances et biais cognitifs, désignent en effet les moments où nous prenons une décision « logique » qui ne l’est que pour nous. Il s’ensuit des confusions ou des incompréhensions qui sont susceptibles d’engendrer une perte de motivation et un désengagement de la part des équipes.

Ces biais cognitifs et ces distorsions sont explicités dans le document ci-joint : https://www.corbeilleplus.com/articleN006/Ressources-humaines001.pdf

Dans ce contexte, le neuromanagement serait donc une nouvelle approche du management s’appuyant sur les processus non conscients.

 

 

Pour en savoir plus :

http://www.t-u-f.org/quest-ce-que-le-neuromanagement/

https://www.leconomiste.com/article/995490-neuromanagement

https://www.corbeilleplus.com/articleN006/Ressources-humaines001.pdf

Branche R. (2013) Neuromanagement : Pour tirer parti des inconscients de l'entreprise, Paris : Éditions du Palio

 

 

 

 

Toutes les brèves Brève précédente Brève suivante
DERNIER NUMÉRO

 

Ce dixième numéro présente le principe du "80-20" permettant d'intégrer de la formation continuée dans l'évolution de carrière des agents. Téléchargez le magazine.

VIDÉOS
Le Principe de Peter

Dans un récent sondage, nous vous interrogions sur votre connaissance du principe de Peter... un concept semble-t-il méconnu des entités locales, peut-être en raison de son caractère un peu daté? Plongeons-nous quelques instants dans cette théorie éclairant la notion de (in)compétence au regard des organisations hiérarchiques.

Sondage SONDAGE
Connaissez-vous le système de l'alternance pour le secteur des pouvoirs locaux?